CE UFPI : Avenir du Service de Formation de Fessenheim

Le Comité d’Etablissement de l’UFPI était informé le 10 janvier 2018, dans le cadre d’une séance extraordinaire, du projet de mise à l’arrêt définitif du CNPE de Fessenheim. Nous mesurons combien ce projet génère, pour les agents du SCF comme pour nos collègues du CNPE, une situation difficile.

Cette séance était dédiée à la présentation du principe de fermeture du CNPE et du calendrier de concertation qui va s’ouvrir dans les semaines qui viennent pour aborder d’une part les mesures sociales du projet (pour l’essentiel négociées au niveau national) et d’autre part les conséquences concrètes pour l’avenir du SCF Fessenheim.

Vous trouverez ci-dessous la déclaration lue par notre délégation CGT lors de cette séance :

Le comité d’établissement de l’UFPI est aujourd’hui informé sur le processus de fermeture du CNPE de Fessenheim. Si notre établissement est concerné au travers des 24 salariés à l’effectif du service commun de formation, nous tenons à affirmer notre soutien aux salariés de la DPN et de l’entreprise EDF SA, qui est concernée toute entière.
En effet, comment ne pas vivre un sentiment d’injustice quand une entreprise s’apprête à fermer un moyen de production dont l’ASN reconnait qu’il se distingue positivement en matière de sûreté. Comment ne pas voir que cette fermeture pénalise économiquement l’entreprise, avec un manque à gagner évalué entre 1,6Md d’euros et 6Md d’euros selon les hypothèses retenues par des cabinets spécialisés. Comment ne pas imaginer le désordre professionnel mais aussi familial et humain que cette fermeture génèrerait pour les 700 agents EDF, 500 prestataires, et tous les emplois induits par l’existence d’un site de production dans la région de Mulhouse-Colmar.
Cette décision va immanquablement à l’opposé de l’intérêt social de l’entreprise, et de l’intérêt des salariés.
Ainsi, les échéances sont désormais affichées. EDF demanderait l’abrogation de l’autorisation d’exploiter le CNPE de Fessenheim en juin 2018. C’est donc dans une extrême urgence qu’EDF doit organiser la fermeture, l’accompagnement des salariés, tout en maintenant l’exploitation
et la sûreté des installations. Les salariés du SCF Fessenheim vivent au rythme du CNPE et ne sont pas exclus de ces bouleversements.
La direction d’EDF SA a décidé que les mesures d’accompagnement du personnel seraient identiques pour tous les intervenants du site de Fessenheim. Si ce choix peut garantir l’égalité de traitement, nous tenons à attirer votre attention sur plusieurs points qui doivent, à notre sens, structurer la réflexion autour du SCF de Fessenheim :
1. Le maintien dans le SCF de Fessenheim d’un effectif suffisant pour répondre au plan de charge, l’activité formation n’ayant pas vocation à décroitre significativement dès la fin 2018
2. Le respect des engagements pris auprès du personnel en matière de reclassement ou de parcours professionnel, notamment dans les conventions tripartites.
3. Garantir aux salariés qui le souhaitent la possibilité de rester sur le site.
C’est à partir d’un diagnostic largement partagé sur les enjeux industriels du site, les besoins en formation identifiés par la DPN, les moyens mobilisés par l’UFPI, et la recherche de solutions pérennes pour tous que nous pourrons aborder ce dossier.
La CGT sera vigilante sur ces différents points et souhaite pouvoir engager une large discussion sur ces thèmes, avec la direction, en lien avec les agents du site.
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *